Quelle expatriée es-tu ? 

Je me présente, Adeline, entrepreneuse expatriée aux Pays-Bas en 2015.  Je suis passionnée d’art, de peinture, de décoration.  J’adore les brocantes, les objets à customiser, trouver des activités créatives pour mes enfants, et tous les DIY en général. Pendant 10 ans, j’ai ouvert un Atelier de Restauration de Tableaux en banlieue parisienne.                                                                                                                                                                   La passion  de l’art en général  et de la peinture en particulier est toujours là,  mais j’aime aussi les rencontres pleines de surprises, d’où mon nouveau projet … ! Les Musettes s’en mêlent  !
Créer un site pour faire se rencontrer des personnes ordinaires qui  vivent partout sur la planète et réinventent avec succès leur univers, leur vie familiale à chaque expatriation. Les voir créer leur entreprise dans un nouveau pays ou région en suivant leur conjoint : ceci me procure des moments de bonheur et me motive chaque jour.

Où vis-tu ? 

Je vis à Amsterdam dans le Pijp, (centre ville), près du Rijksmuseum. Mon mari voyageait beaucoup pour des raisons professionnelles, et nous avons eu l’opportunité de pouvoir rassembler toute la famille en nous installant à Amsterdam, moi d’y poursuivre mon travail de restauratrice de tableaux et de me lancer dans un autre défi !

Avais-tu déjà vécu à l’étranger auparavant ?

J’ai vécu à Florence en Italie pour mes études et j’ai beaucoup voyagé : USA, Colombie,Inde, Croatie, Royaume Uni, Norvège, Danemark,Jordanie…

Depuis combien de temps es-tu expatriée à Amsterdam ?

Nous  sommes à Amsterdam depuis 2 ans avec nos 2 enfants (un garçon de 8 ans et une fille de 6 ans). Notre intégration s’est faite assez rapidement – je dirais 1 an- , en créant de nombreux liens aussi bien avec les locaux qu’ avec les expatriés .

Tu es restauratrice de tableaux, et tu as développé une nouvelle activité.  Comment t’en est venue l’idée?

J’ai poursuivi mon activité de restauration de tableaux en France durant deux ans : j’ai donc fais des allers-retours Amsterdam/Paris tous les 15 jours.

De rencontres avec des clients à Paris ou à Amsterdam,  en discussions avec des parents aux sorties des écoles, l’idée de parler de femmes – et d’hommes – qui se partagent entre vie de « House Moms » et vie d’entrepreneuses ou d’entrepreneurs, a peu à peu émergée.

En 2016, j’ai eu l’occasion de créer (avec 3 autres artisans) un événement – « Singularités Artisanes » – sur Amsterdam, présentant les facettes des métiers d’artisanat d’art. Cette aventure a confirmé mon intuition et ainsi est né ce projet .


Présenter les réussites et les difficultés de femmes qui se sont lancées dans une activité professionnelle tout en étant le « conjoint suiveur », leurs joies quand « ça marche »,  leurs petits plaisirs pour se retrouver, leurs « instants culturels ».…., et en même temps diversifier mes activités vers la création d’événements liés à l’art, la restauration et la vente de tableaux….

C’est motivant au possible !

Comment t’organises-tu entre ta vie privée et tes  multiples activités ?

Heureusement les baby-sitter existent!! pour être plus sérieuse, je me suis adaptée aux rythmes scolaires hollandais: donc je travaille la journée jusqu’à 15H15 (sans oublier de prendre du temps pour moi de temps en temps – le yoga est mon ami-) et je consacre le reste de la journée aux enfants.

Tu es une « Mompreneuse » très occupée ?

Oui, le temps passe très vite! mais j’ai trouvé mon équilibre de vie. J’ai choisi mes priorités, l’environnement hollandais m’a permis de partager de multiples activités en famille et mes choix professionnels et ma vie n’en n’est que plus agréable.

Peux tu faire partager tes « instants bonheur » de Musette ?

Aller partout en ville à vélo en moins de 15 minutes, prendre le temps certains matins de prendre un « fresh mint tea » avec les copines. Mais aussi faire du bateau avec les copains sur les canaux et m’essayer à l’aviron!

Tu t’occupes beaucoup des enfants! un petit « Home-made »à partager?

Mes enfants sont très inspirants! Un jour ma fille et ses copines ont taillé des fleurs; elles ont accroché ces têtes de fleurs sur un mur : j’ai adoré on aurait dit une installation artistique. Un Home made avec les enfants  :  nous avons fait du Art Graffti en mousse sur les murs avec  les initiales de leur prénom . 

Quelles sont tes sorties culturelles préférées du moment, seule ou en famille?

J’ai aimé l’exposition photo de Gordon Parks au FOAM à Amsterdam. Une réelle impression de redécouvrir les  années 70 aux USA.

Visiter les grottes de Lascaux cet été en famille, vraie découverte!

Instant culturel : peux tu me citer un de tes tableaux  ou livres préférés?

Travaillant dans le domaine de l’art j’ai eu la chance de voir beaucoup de tableaux, différents artistes. Qu’ils soient modernes, classiques… tant qu’ils me procurent une émotion c’est le principal. J’aime beaucoup les tableaux d’Elisabeth Vigée-Lebrun, particulièrement son autoportrait avec sa fille Julie 

De part mon expérience je sais qu’il est très difficile de peindre des visages, des mains… Je trouve ce tableau très réussi techniquement. Il révèle une douceur, une protection, un partage d’amour entre la mère et la fille qui me touche.

Adeline, peux-tu me décrire ton entreprise ?

Je suis restauratrice de tableaux et d’objets d’art polychrome. Qu’ils soient salis par le temps ou avec des dégâts plus importants, je leur redonne leur aspect originel. 

Quand je découvre l’œuvre, je mène  une enquête : comment et pourquoi ce tableau est-il dégradé (traces d’humidité, enfoncements, perte de matière picturale…). En y répondant , je peux choisir d’appliquer le protocole de restauration adéquat.

Je procède aux opérations de restauration conservative (décrassage, bandes de tension, refixage, doublage…) puis aux opérations de restauration esthétique (pose de mastic de fond ou de forme, retouches illusionnistes..)

La restauration suit des règles de déontologie précisesnotamment la réversibilité – tous les produits doivent pouvoir être retirés -, la stabilité – toute restauration de tableaux doit perdurer dans le temps et dans le respect historique de l’œuvre.

 Comment as-tu développé ton activité de restauratrice de tableaux  ? 

Après une licence d’histoire de l’art, j’ai souhaité m’orienter vers un métier alliant mes passions pour la peinture, le dessin, les couleurs . Une amie m’a invitée à rencontrer les responsables d’un atelier de  restauration de tableaux. J’ai été littéralement! “inspirée” ! J’ai  su immédiatement que je voulais faire ça! Dès le début on m’avait prévenu que ça serait difficile mais je ne me voyais pas faire autre chose… Après avoir obtenu mon diplôme d’État, à la suite de stages à l’étranger (Florence en Italie, Paris) et de découvertes des ateliers de restauration de grand musées (Le Prado à Madrid, Institut Courtauld à Londres etc…) j’ai pu me lancer (avec un grand soutien familial !) : inscription à la chambre des métiers, achat de matériel spécifique…

J’ai été sélectionnée par la mairie de ma ville et la Chambre de commerce des Hauts-de-Seine pour m’installer dans un atelier au sein d’un Hôtel d’Activités d’Artisanat d’Art qui venait d’ouvrir. Atelier que j’ai occupé pendant 9 ans ! Cet atelier a été une rampe de lancement. Il faut bien 4 ans avant d’avoir une clientèle, il faut le savoir ! Je travaille beaucoup pour les particuliers mais j’ai aussi eu l’occasion de travailler pour des institutions : musées, Cathédrale de Puisaye (Yonne), Ambassade des États-Unis à Paris,  Archives de Ville de Paris…

Depuis notre expatriation, je poursuis mon activité de restauratrice de tableaux en essayant de me développer ici à Amsterdam, tout en gardant une clientèle en France.

Parallèlement, tu as développé un autre projet professionnel ? 

Je travaille à développer ce site ” Les Musettes s’en mêlent dont l’objectif est créer un réseau favorisant les échanges entre femmes expatriées ; pour que ces “femmes en mouvement” développent et fassent connaitre leurs activités  professionnelles , souvent nomades – d’où le nom de Musettes -, dans quelque pays qu’elles se trouvent. Pour s’en inspirer, pour les rencontrer et échanger quand l’ une d’entre elles s’installent dans une ville où réside une Musette…

 

 

 

 

 

(crédit photo Beilja by Matthieu Dandoy – www.beilja.com)

 

You May Also Like