Bonjour, peux-tu nous dire qui tu es? 
Bonjour, je suis Joëlle Smaniotto , j’ai 34 ans. J’aime le soleil, les voyages, la bonne bouffe, les parfums et les arômes, les spas, les comedies romantiques!

Où vis-tu ? 
Je vis en Thaïlande, Bangkok, quartier de Khlong Toei. Avantages: central, vivant, notre residence est comme une petite oasis en plein coeur de la ville, et près du bureau de David (mon mari).

Comment es-tu arrivée ici ?
Pour suivre David, mon mari. Aussi, je connaissais un peu la Thaïlande depuis mes années vécues à Singapour (entre 2008 et 2013), et la decision a été prise rapidement.

Avais-tu déjà vécu à l’étranger ? Si oui, quel pays ?
J’ai vécu au Mexique pendant mes études,  puis à Singapour et Dubai pour le travail

Depuis combien de temps y es-tu installée ? 
Nous vivons à Bangkok depuis Octobre 2016. Nous avons un petit garçon qui a 3 mois aujourd’hui. Il est né à Bangkok donc pour lui, c’est sa maison!
Pour moi, je pense que je me suis rapidement adaptée car mes précédentes experiences d’expatriation m’ont donné certains reflexes, mais Bangkok étant une ville bien plus grande et diverse que Singapour et Dubai, même en 2 ans, je suis loin d’en avoir déjà fait le tour.

Tu as développé une activité : comment t’en est venue l’idée ? Et pourquoi cette thématique ?
Mon cas est un peu particulier :  j’ai à ce jour plusieurs activités, ce qui me permet de ne pas m’ennuyer! et de faire plusieurs choses qui me passionnent.
– La premiere activité que j’ai développée, un peu par concours de circonstances, c’est ma société de representation de marques (bowconsulting.com). Il y a quelques années, je suis arrivée à Dubai avec comme mission professionnelle de développer la marque pour laquelle je travaillais à Singapour et qui souhaitait se lancer au Moyen-Orient. (Il s’agit d’une marque de thés haut-de-gamme).
Comme la marque et la société n’y existaient pas encore, je me suis lancée en tant que consultante indépendante, et c’est ainsi que j’opère depuis. Aujourd’hui je travaille avec plusieurs clients, essentiellement sur des projets liés au bien-être, ce qui m’amène à parler de ma deuxième activité, celle qui me lie aux huiles essentielles…

Après Dubai et avant mon installation à Bangkok, j’ai passé un petit moment en France, et j’en ai profité pour me former en aromathérapie et en aromachologie (à la Faculté Libre de Médecines Naturelles et d’Ethnomédecine à Paris, www.flmne.org) . L’aromachologie étant moins connue, en quelques mots, il s’agit de l’étude du monde des odeurs, et apprendre à se servir des fragrances (et particulièrement des huiles essentielles) pour connecter avec sa mémoire et ses emotions, et accompagner vers un équilibrage émotionnel. Pour moi, un monde tout à fait passionnant!

Enfin, quand nous sommes arrivés à Bangkok, le temps de trouver un logement, nous avons vécu en “serviced apartment”. Un peu comme à l’hotel, ce n’était pas vraiment l’idéal pour cuisiner donc nous prenions la plupart de nos repas à l’extérieur. Etant donné que j’aime bien la bonne nourriture et surtout les bons produits (frais, bios, sans conservateurs, etc.), je me suis mise à chercher les bonnes adresses de la ville. Je me suis rendue compte qu’il n’existait pas encore de site dédié à ce thème particulier alors j’ai créé “Eat healthy in Bangkok” .

Explique comment tu t’organises entre ton activité et ta vie personnelle?
J’ai la chance de faire ce que j’aime, ainsi les cotés pro et perso sont un peu liés. Je crois que ce qui est propre aux entrepreneurs, c’est de finalement être toujours un peu en train de travailler! Mais le fait de travailler de manière assez indépendante depuis quelques années m’a pas mal aidée à me créer un équilibre, meme si parfois, le surmenage me rattrape!
Je suis du genre à avoir besoin d’une structure sinon je n’arrive pas à fonctionner! alors je me fais un planning par semaine ou chaque jour est associé à une activité principale. Par exemple, le lundi je m’occupe de tout ce qui est de type administratif, le mardi je travaille sur mes projets de représentation de marque, le mercredi c’est ma journée fragrance et aromathérapie, le jeudi: un mélange de ces 3 jours, et le vendredi, j’essaye de découvrir un peu plus de la ville et de blogger.
L’idée est de garder aussi de la flexibilité mais au moins, je suis une sorte de fil conducteur ce qui me permet de m’auto-discipliner!
Quand on travaille pas mal de chez soi, je crois que c’est important de définir et delimiter son espace lié au travail, et de se tenir à certains horaires, autrement on a toujours la tête un peu ailleurs, non?
Ici, en Thailande, le soleil se couche assez tot toute l’année. Vers 17h30, il y’a toujours cette jolie lumière avant que le ciel s’assombrisse, c’est mon signal pour finir ma journée, méditer et switcher en mode perso (vs. pro).

Tu es donc une « Mompreneuse » très occupée?

Maintenant que je suis une jeune maman, c’est vrai que mes journées sont “un peu” différentes! En ce moment, je passe mes matinées avec bebe, et je trouve toujours quelques heures pendant sa sieste l’après-midi pour travailler. J’ai du prendre un peu de recul par rapport à certains projets pour m’occuper de lui, mais c’est un choix que j’ai fait en écoutant mon instinct, plus qu’en essayant de suivre un modèle.
Je pense que c’est cela la clé: faire des choix qui nous semblent justes et naturels, et le reste suivraJe trouve que rien ne nous prepare vraiment à la vie de jeune maman. Bien sur, on a des exemples autour de nous, des amies qui nous conseillent, des modèles qui nous inspirent, mais finalement, on est seule face a notre situation. Et entre l’envie de bien faire, l’envie de tout faire, et le sentiment de culpabilité (propre aux femmes?!), il faut trouver une sorte de paix intérieure par rapport aux choix qu’on fait car non, on ne peut pas TOUT faire!

Peux-tu faire partager tes instants bonheurs de Musette ?
Avec plaisir!
Me réveiller le matin, meme très tot (et crevée!), et voir mon fils qui me sourit 🙂
Penser au prochain week-end que l’on va passer à Hua Hin, Phuket, Koh Samet ou un autre coin de la Thailande.
Recevoir des messages de clients qui me disent “merci”. Des mercis qui ont bien plus de sens et de profondeur aujourd’hui que lorsque je travaillais en tant qu’employée.
Dans le meme genre, quand je reçois des messages de followers (de mon blog) qui me disent que grace aux infos que je partage, ils ont découvert une super adresse / ont adopte un style de vie plus “healthy”. Ca rattrape les jours ou je me dis “mais dans quoi je me suis lancée?!” (et il y en a encore parfois!)
Chaque retour à Paris. En tant qu’expat depuis 10 ans, les moments passés de retour “a la maison” sont non seulement des supers vacances, des moments précieux passes en famille et entre amis, mais aussi un temps de prise de recul. C’est essentiel pour avancer.

Tu t’occupes beaucoup des enfants, un petit Home-made à partager ?

Un spray anti-moustique! Simple et efficace. Par ici

En plus d’être « Mompreneuse », quelles sont tes sorties culturelles préférées du moment, seule ou en famille ?
Cela va être autour du theme du bien-être! J’ai lance il y a quelques mois, avec une amie qui est “health coach” une communauté qui est connectée par un groupe Facebook qui s’appelle “Bangkok expats: healthified”.
Chaque mois, on fait venir des experts sur un sujet spécifique: nutrition, yoga, detox, fitness , etc.pour venir presenter ce qu’ils font et réunir un groupe de personnes intéressées par ces themes.
Pour apprendre, échanger et rencontrer.

 Instant culturel : peux-tu me citer un de tes tableaux ou livres préférés ?

La tout de suite ce qui me vient a l’esprit, c’est un tableau qui est accroché dans mon bureau et realise par un artiste local qui s’appelle Niran Charoenpong.

Ce tableau m’inspire le calme, mais aussi la progression, pas a pas, l’ascension mais sans oublier d’ou l’on vient. Cette philosophie me plait 🙂 et aussi car nous avons rencontre l’artiste ici.

 

Y-a-t-il un évènement culturel en ce moment dans ta ville/région que tu conseillerais ?
Aller voir ce qu’il se passe du cote de Warehouse 30: Pendant des années, les sept grands entrepôts situés derrière l’ambassade du Portugal étaient inutilisés, à l’exception de la seule présence de P.Tendercool – un studio de design belge basé à Bangkok et spécialisé dans la fabrication de meubles sur mesure. L’équipe à l’origine de The Jam Factory est venue et a compris le potentiel du complexe en tant que centre de création complémentaire. Elle a rapidement commencé à restaurer les entrepôts afin qu’ils puissent fonctionner de manière contemporaine. Le résultat est le Warehouse 30, ouvert en 2017 en grande pompe.

En quelques mot peux-tu nous parler de l’art de vivre dans ton pays d’expatriation ?
Il y’a une phrase qui caractérise vraiment l’art de vivre en Thaïlande, et qui se dit “ma pen rai”. Ce qui voudrait dire “pas de problème”.
C’est assez fascinant la façon dont les Thailandais restent cool en toute circonstance. La Thaïlande est connue comme le pays du sourire et c’est vrai! Meme si un sourire n’est pas toujours la réponse a tout… c’est vrai que ca a le mérite d’adoucir n’importe quelle situation.

Peux-tu me décrire tes activités ?
1 / Représentation et développement de marques: accompagner les marques et être un point de relai, défendre leurs idées, les presenter localement, faciliter les échanges, transmettre leurs valeurs, créer des opportunités de développement commercial.
2 / Aromachologie: sessions privées, ateliers, creations personnalisées pour clients prives ou entreprises (spas, hotels).
3/ Blog sur le bien-être et le bien-manger à Bangkok: j’explore de moi meme, j’interview des professionnels.

 

Comment l’as-tu développé ?
Pour mon activité de développement de marque, j’ai amorce cela depuis 4-5 ans, et puis j’ai cree ma société a Hong Kong l’année dernière.
Pour l’aromachologie, je me suis diplômée en 2016, j’ai commencé par le bouche a oreille et maintenant j’ai plusieurs
partenaires en France et en Thaïlande. J’achète une majorité de mes produits en France.
Pour mon blog, j’y ai pensé dans les 2 semaines ou nous sommes arrives en Thailande, j’ai commencé aussi l’année dernière! J’ai tout fait moi-même 🙂 (creation de site, etc.)

Que retires-tu de ton expérience au niveau professionnel, insertion dans le pays, familial…

Quand on aime ce qu’on fait, qu’on le fait avec le coeur et qu’on se pousse un peu, les opportunités arrivent!
Quand on part s’installer en tant que couple, c’est clairement important de se parler, beaucoup, de se faire part de ses envies, de ses craintes, d’être une équipe soudée! Car ce n’est pas toujours facile, surtout au debut. Quand on est le suiveur, on peut vite sentir un déséquilibre, se sentir moins important, se remettre beaucoup en questions surtout quand on a du quitter un poste pour suivre. C’est important que notre partenaire soit la pour apporter la stabilité que l’on n’a plu / ou pas encore, et nous rappelle parfois qui l’on est!

En quelques mots ton parcours professionnel 
Pour faciliter les choses voici mon linkedin

You May Also Like