Émilie, qui es-tu ?

Émilie, 33 ans. J’adore les livres qui me permettent de voyager, de mieux comprendre le monde et le découvrir. M’émerveiller de nouveaux paysages quand je voyage. J’ai découvert avec l’expatriation une nouvelle façon de vivre hors des « carcans » et des cadres qu’on nous impose. Je ne sais pas si je suis très claire dans ce dernier propos… Donc je m’explique : en partant j’ai pris conscience qu’il y avait d’autres façons de vivre que métro-boulot-dodo et même si l’expatriation et l’éloignement ne sont pas toujours faciles à vivre c’est un choix que je ne regrette pas. J’adorerais pouvoir changer de pays tous les 2/3 ans, mais ni mon conjoint ni moi n’avons de carrière offrant des mutations régulières ….

Nous sommes partis car nous voulions nous retrouver en famille (au soleil – nous venons de Haute-Savoie, une magnifique région mais où l’hiver se fait un peu long.. !), passer plus de temps ensemble, voir nos enfants grandir, partager avec eux le plaisir de découvrir d’autres cultures. Leur transmettre des valeurs et  ouvrir leur esprit et développer leur curiosité grâce aux voyagex, leur offrir  une expérience qui les pousse au-delà de lors zone de confort, et leur donner un bagage très important pour leur avenir : le bilinguisme. 

Où vis tu ? 

Expatriée en Croatie près de Zadar dans un petit et authentique village croate. Nous sommes originaires de Haute-Savoie et nous rêvions de soleil. Nous voulions une nouvelle vie, loin de la société de consommation pour nous recentrer sur notre famille, et Pakostane est un village encore authentique, dans « son jus » où il y a encore une vraie entraide et une vraie vie de village comme avant. Impensable donc pour nous de s’installer à la capitale ! 

Comment es-tu arrivée  à Pakostane ? 

Ah la Croatie, c’est une histoire qui date de 10 ans environ… C’est un pays que j’ai découvert grâce à Job en France. Je gérais les Relations Presse d’une structure touristique sur la côte croate et je m’y suis rendue pour mieux connaitre le produit dont j’allais faire la promotion.  

C’était la première fois que je prenais l’avion et ça a été une révélation… Les voyages et la Croatie ! L’année suivante nous y sommes partis en vacances, puis l’année suivante et ainsi de suite … ! En 8 ans, nous avons  sillonné cette magnifique côte  croate ! Lors de notre dernier séjour en famille là-bas, j’avais les larmes aux yeux, je ne voulais pas rentrer à la maison. J’ai dit à mon conjoint « je crois que notre place est ici, c’est là que nous avons quelque chose à faire et à vivre ». Un an et demi après nous arrivions en plein hiver, c’était le début de l’aventure, une nouvelle vie dans la vie !  

Avais tu déjà vécu à l’étranger ? 

Malheureusement non, c’est notre 1ère expatriation, peut-être pas la dernière, qui sait ? J’étais quelqu’un de plutôt casanière… qui avait très peu voyagé. Et soudain j’ai été comme piquée par l’envie de découvrir le monde. C’est une première expatriation qui m’a donné le goût de la découverte, du voyage et de vivre dans 1000 pays…

Depuis combien de temps y es-tu installée ?  

Expatriée en Croatie depuis 2 ans avec 2 enfants : Hugo âgé de bientôt 7 ans et Lune petite fille née sur place qui a 2 ans. Les enfants s’adaptent très vite et très bien. Ils apprennent avec une grande facilité la langue…ce qui est moins mon cas. Il faut dire qu’en s’occupant d’eux et en étant à la maison pour travailler, il y a mieux pour apprendre la langue… ! Mais c’est décidé, je vais prendre des cours de croate, un programme intensif (j’ai commencé le 12 février !).

Tu as développé une activité : comment t’en est venue l’idée ? Et pourquoi cette thématique ?

En arrivant en cours d’année scolaire en Croatie, il a fallu continuer le programme scolaire français car Hugo n’avait pas de place à l’école du village et il était important de l’occuper et de structurer ses journées. On a donc fait l’école à la maison et j’ai voulu enrichir ses séances de travail avec des ateliers plus ludiques. J’ai lancé sur le groupe Facebook « Expats Parents partage d’expériences » un appel aux autres familles expatriées pour permettre à Hugo à découvrir le monde. Nous recevons des cartes postales, des lettres et des photos du monde entier grâce à d’autres petits « expats « ! C’est juste génial pour Hugo !!! J’ai voulu partager cela au travers d’un blog qui s’est vite enrichi pour devenir un site internet d’infos dédié aux familles « expats ». De fil en aiguille, ou plutôt de lectures en discussions sur internet, j’ai intégré une plateforme d’échange entre petits « expats » français / francophones et classes de métropole.  Il me semble que c’est une bonne chose pour les petits expats de garder contact avec leurs « camarades » en France et également une belle opportunité pour les élèves en France d’en apprendre plus sur les pays étrangers ! Ce qui me plait c’est que finalement chacun s’enrichit grâce à l’autre dans cette relation de correspondance ! Ca donne du sens !

Explique comment tu t’organises entre ton activité et ta vie personnelle?

C’est loin d’être simple… avec une petite fille de 2 ans à la maison (il n’existe pas de crèche ni de système de garderie en Croatie, du moins pas en dehors de la capitale) et un garçon de 6 ans ½ qui n’a école que l’après-midi (l’école ne commence vraiment qu’à 7 ans et avant c’est un programme préscolaire de novembre à mars de 2h30 par jour ) et à qui je fais le CNED le matin… On profite des temps de sieste et de calme des enfants pour travailler…sans oublier les soirées qui offrent une seconde journée… ! Mais j’adore ce projet de site et cette plateforme collaborative, ca me tient vraiment à cœur de la faire connaître et de la développer, j’aime y passer du temps !

Tu es donc une « Mompreneuse » très occupée? 

Je serais une « Mompreneuse » quand j’arriverais à en vivre !!! Pour l’instant je bosse dur pour que ce projet m’offre justement une carrière nomade. Rechercher des annonceurs et partenaires qui partagent les mêmes valeurs, réaliser le contenu du site et le faire connaître n’est pas simple, mais j’y travaille et j’ai bon espoir … Les choses commencent à bouger dans ce sens-là, ca fait du bien et les nombreux messages des familles expatriées que je reçois m’encouragent beaucoup et me poussent à continuer !

Peux tu faire partager tes instants bonheurs de Musette ?

Voir grandir mes enfants, passer plus de temps avec eux, leur transmettre des connaissances. Tout cela c’est l’expatriation qui me l’a offert grâce à une autre culture, un autre rythme de vie. Je suis fière quand je vois et j’entends mon fils lire ! Je suis très fière de lui quand je le vois parler croate avec des amis comme si c’était avec ses copains de France !

Avec l’expatriation, il y a un petit côté vacances chaque weekend : on part découvrir un village, une ville, une région aux alentours. C’est formidable ! On va aussi juste se balader en famille le long de la plage face aux îles. On a retrouvé finalement des instants de bonheurs plus simples, moins surfait par toute la société de consommation…c’est juste ce qu’on voulait !

Tu t’occupes beaucoup des enfants, un petit Home-made à partager ?

La correspondance avec les enfants expatriés pardi ! pour la suite c’est par ici .

C’est génial, les petits adorent et les parents aussi ! Dessins, photos découpées légendées, petit texte écrit par les enfants. C’est très ludique et ils adorent recevoir du courrier ! C’est un vrai échange qui permet de les ouvrir au monde, de les initier à la géographie et de travailler le français et l’écriture l’air de rien !

En plus d’être « Mompreneuse », quelles sont tes sorties culturelles préférées du moment seule ou en famille ?

Je dois dire que nous sommes plus nature que culture mais la maison est remplie de livres pour petits et grands ! Du coup nos sorties se font surtout en vélo pour sillonner les villes et merveilles croates, à pieds pour des petites promenades au milieu des oliviers ou en bateaux pour naviguer et s’émerveiller des 1000 et 1 îles au large des côtes croates. Si la Croatie vous tente, je serais d’ailleurs ravie de vous donner des bons plans (hébergements, visites, plages, resto etc) !

[envira-gallery id= »3087″]

Instant culturel : peux-tu me citer un de tes tableaux ou livres préférés ?

Alors en ce moment je suis très philosophie et pédagogie positive ! J’ai lu et adoré « Ta seconde vie commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une » de Raphaëlle Giordano. C’est un roman qui parlera aux femmes (et hommes d’ailleurs aussi) expatriées car il est question de changement de vie, d’épanouissement personnel et professionnel, de conquête de ses rêves et le tout dans un discours à la fois très romancé et très pragmatique. L’auteur délivre beaucoup de petites techniques et choses à faire au quotidien ! J’en ai adopté certaines d’entre elles !

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Et pour les enfants expats, dans le même registre je conseille The Panda Familly. C’est d’ailleurs une ex-expatriée qui a créé cette série de livres et c’est vraiment fantastique pour les enfants. Ce sont des livres-activités pour les aider à bien grandir ! Vous pouvez découvrir notre article sur ce lien.

Y-a-t-il un évènement culturel en ce moment dans ta ville/région que tu conseillerais ?

Tout l’été dans notre petit village, la mairie organise des évènements gastro-ethniques. J’adore !!! Tout le monde participe, surtout les anciens qui mettent pour l’occasion leurs beaux costumes traditionnels. On voit les mamies qui arrivent avec leur brouette et qui fabriquent les spécialités locales pendant toute une soirée. J’aime ce côté authentique, vrai, les traditions, le folklore…

En quelques mot peux-tu nous parler de l’art de vivre dans ton pays d’expatriation ?

Ici, c’est un peu comme en Espagne ou en Italie. C’est un pays méditerranéen où il fait bon vivre et où l’on prend le temps de vivre… Les gens commencent à travailler tôt le matin et terminent vers 14h/15h. Du coup les parents peuvent s’occuper et profiter de leurs enfants. C’est très agréable de concilier sans trop de stress sa vie pro et sa vie perso. Nous avons la chance en plus d’habiter sur la côté, face à la mer et aux îles, ça rajoute une atmosphère « de vacances » au quotidien, c’est plus qu’appréciable ! Les croates sont des gens très ouverts et sympathiques qui aiment accueillir comme il se doit les invités, étrangers et touristes. En plus dans notre petit village de Pakostane, beaucoup parlent quelques mots de français car c’est là qu’a été créé le 1er Club Med (il existe toujours mais la structure est devenu indépendante, rachetée par un local après la guerre).

Comme je l’expliquais, ici les traditions et le folklore sont très forts encore (le pays était communiste jusqu’en 90…), la guerre qui a fait exploser la Yougoslavie est encore dans toutes les têtes, c’est un peuple qui tient à son identité, à son drapeau et qui est très fier. C’est aussi un peuple très attaché à la croyance, à la religion : je ne  compte même plus le nombre de jours fériés où je vois passer des processions dans les rues du village ! En parlant de religion, sachez que ici aussi le foot est une religion, c’est incroyable cette effervescence pour ce sport dans ce petit pays !

Côté éducation l’enfant est roi… Le garçon encore plus. Vous ne verrez pas souvent une maman reprendre son garçon pour son comportement…

Émilie,peux tu me décrire ton activité ?

“les-petits-expats.com” est un site dédié aux familles expatriées. Il a pour objectif de donner des clés aux parents pour les aider à accompagner leur enfant dans cette grande aventure qu’est l’expatriation et qui n’est pas un long fleuve tranquille. On y parle de bilinguisme, de scolarité, d’éducation, d’ouverture au monde, de bien-être psychologique, d’éducation positive, de jeux, de produits et services dédiés aux familles expatriées ou aux juniors “expats”. Les témoignages d’ “expats”et les interventions de professionnels me tiennent à cœur car ils permettent de mettre des mots sur des maux. Cela permet aussi de libérer la parole sur des sujets parfois difficiles ou délicats

Les-petits-expats c’est le seul site qui parle aux enfants expatriés et c’est le seul site qui propose une plateforme d’échange entre petits expats et écoles de métropole ! J’adore ce projet dans lequel chacun s’enrichit : les petits “expats” sont valorisés car en parlant du pays où ils vivent; ils deviennent des petits reporters, de grands ambassadeurs et les petits écoliers de Métropole élargissent leur horizons, développent leur connaissance et découvrent le monde !

Comment l’as-tu développé ? 

Cela m’a pris du temps, j’avais besoin de laisser mûrir le projet avant d’envisager de mettre quelque chose en ligne. Et au fil des lectures et des discussions sur les groupes dédiés aux familles expatriées, le projet s’est enrichi. J’aime monter des partenariats pour apporter de la plus-value et du contenu qu’il m’est difficile de produire (parce que çà n’est pas mon domaine par exemple). Et puis il a fallu communiquer (sans budget) pour se faire connaitre ! Chaque “like” sur Facebook est une petite victoire, chaque article qui parait à notre sujet nous permet d’avancer …! Je travaille seule depuis la maison, mais grâce à Skype et Viber je rencontre beaucoup d’expatriés et de professionnels qui “nourrissent” le site. C’est un projet professionnel très enrichissant humainement.

Que retires-tu de ton expérience au niveau professionnel, insertion dans le pays, familial…

S’installer dans un village nous a permis de nous intégré plus vite que dans une ville et d’avoir un meilleure vie sociale. L’expatriation est une expérience formidable qui nous permet de nous ouvrir au monde, de nous enrichir d’un point de vue moral, psychologique et professionnel. Cette aventure nous permet aussi de renforcer les liens familiaux, nous avons gagné en qualité de vie..

En quelques mots ton parcours professionnel

J’ai été précédemment attachée de presse, chargée de communication et responsable de projets au sein d’une agence pendant plus de 10 ans. Avec “les-petits-expats.com”, je mets ainsi toutes mes compétences professionnelles acquises dans un nouveau projet tout en me ré-inventant. Un nouveau défi…. 

 

You May Also Like