Quelle Musette es-tu?  
Je suis Catherine Martel, psychologue de formation ; j’ai été expatriée plus de 15 ans dans plusieurs pays : Turquie, Roumanie, Chypre, Vietnam, Autriche, et actuellement j’habite en Bosnie-Herzégovine.

Où vis tu ?
Je vis à Sarajevo, ville malheureusement surtout connue pour son lien avec le début de la première guerre mondiale, ou en raison du siège de 4 ans qu’elle a subi durant la guerre de l’ex-Yougoslavie. Heureusement, aussi pour le déroulement des Jeux Olympiques en 1984 ; les pistes de ski se trouvent à une demie heure du centre ville ! C’est une ville attachante, multiculturelle, où les églises côtoient les mosquées. Et la nature se trouve aux portes de la ville…

Comment es-tu arrivée ici ?
C’est la profession de mon conjoint qui m’a amenée à mener cette vie faite d’expatriations successives.

Depuis combien de temps y es-tu installée ? 
J’y vis depuis 6 mois, avec notre dernier fils qui va avoir 16 ans ; nous avons également 2 filles qui sont étudiantes, l’une en France et l’autre à Amsterdam : une vraie famille expat ! Le plus gros challenge en terme d’adaptation est sans doute pour notre fils, qui a effectué toute sa scolarité dans le  système scolaire français, et qui vient de rejoindre le système anglais, car il n’y a pas de classes de lycée à l’école française de Sarajevo. Il ne prépare donc pas le Bac, mais les A level …

Tu as développé une activité : comment t’en est venue l’idée ? Et pourquoi cette thématique ?
Depuis plus d’un an, je me consacre au projet Expats Parents, destiné à aider les familles expatriées. Moi-même expatriée 15 ans en famille dans divers pays, j’ai constaté combien notre vie de mobilité était source de richesse, d’ouverture, mais également combien elle s’accompagnait de défis à relever, notamment pour les adolescents. J’ai également constaté que les parents étaient vraiment démunis lorsqu’un enfant rencontrait des difficultés d’adaptation, de scolarité, ou autre.
Psychologue, j’ai donc décidé de créer un site collaboratif, destiné à aider les familles à mieux vivre leur vie nomades. J’ai contacté des personnes dont les qualités humaines et professionnelles étaient en accord avec mon approche, et leur ai proposé de contribuer à l’élaboration de ce site, en partageant des écrits ou des réflexions en lien avec les objectifs du projet. L’accueil enthousiaste que j’ai reçu, tant de la part des professionnels que des parents, m’a confortée dans l’idée que ce projet était utile et nécessaire. Il a d’ailleurs récemment remporté le 2 ème prix du public aux trophées des Français de l’étranger !
Outre le site, il existe un groupe Facebook très actif, où plus de 7000 parents partagent leur expérience, de façon bienveillante et dans un esprit d’entraide.

Explique comment tu t’organises entre ton activité et ta vie perso?

Les deux activités sont vraiment liées.
Dans la mesure où cette activité est plus une passion qu’un métier, j’y consacre pratiquement tout mon temps. J’essaie de lever un peu le pied le week end, mais depuis le début du projet, il y a plus d’un an, il ne s’est pas passé une journée sans que je m’en occupe d’une façon ou d’une autre… Pour pouvoir poursuivre à développer le projet, il va falloir que je trouve un moyen d’en déléguer certaines parties…

Tu es donc une « Mompreneuse » très occupée? 
Ah oui, on peut le dire ! Mes enfants n’ont plus besoin que je sois aussi présente, car ils sont grands désormais. Et heureusement, les nouvelles technologies nous permettent d’être en lien de façon quotidienne malgré la distance. Ceci dit on aimerait bien se voir plus souvent…
Je peux donc consacrer beaucoup de temps à Expats Parents. C’est malheureusement un peu au détriment de mon investissement dans la vie et la petite communauté internationale locales…

Peux tu faire partager tes instants bonheurs de Musette ?
Mes instants de bonheur, ce sont les nombreux messages de parents qui me disent combien ce projet leur est utile et les aide. C’est aussi les échanges quasi quotidiens avec l’un ou l’autre des auteurs du site : c’est assez enthousiasmant de partager les mêmes valeurs et objectifs !

En plus d’être « Mompreneuse », quelles sont tes sorties culturelles préférées du moment seule ou en famille ?
A Sarajevo, j’aime bien aller au Théâtre National, qui est à la fois théâtre, opéra, salle de ballet et de concert ! C’est une belle petite salle avec des airs viennois, et située à 10 mn à pied de lamaison ; c’est là que se déroulent la plupart des événements culturels.
Dans un autre registre, la ville se prête aux balades dans la nature : Sarajevo est entourée de collines et montagnes qui offrent de magnifiques panoramas et permettent de respirer du bon air…

 Instant culturel : peux-tu me citer un de tes tableaux ou livres préférés ?
Je ne peux pas dire que j’aie un tableau ou un peintre préféré, même si trois années passées à Vienne m’ont plongée dans les œuvres de Gustave Klimt, et celles, moins connues et très différentes, de Hundertwasser  . En revanche, dans le domaine musical, j’ai une admiration pour l’œuvre de Jean-Sébastien Bach !

Des infos Ici sur Klimt

 Y-a- t-il un évènement culturel en ce moment dans ta ville/région que tu conseillerais ?
Nous avons eu récemment un concert de Joan Baez : un véritable événement ! Elle avait déjà chanté à Sarajevo lors du siège de la ville, en 1993, pour attirer l’attention internationale sur la tragédie qui se vivait dans cette ville. Ce concert avait donc une symbolique très forte, d’autant plus que la chanteuse, qui a 77 ans, va prochainement mettre fin à ses tournées. Parmi les événements culturels de dimension internationale, on peut citer le Festival du film de Sarajevo, qui a été créé lors du siège de Sarajevo, et qui promeut chaque été le cinéma régional sur la scène internationale, ainsi qu’un festival de jazz réputé, le Jazz Fest Sarajevo, qui se déroule en novembre.

 En quelques mot peux-tu nous parler de l’art de vivre dans ton pays d’expatriation ?
Les cafés sont nombreux dans les ruelles de la vieille ville ; prendre le temps de boire un café  ou de fumer le narghilé en terrasse font partie des occupations préférées des locaux. Sinon, j’apprécie particulièrement la tombée du jour : la lumière rasante est magnifique, et le chant des muezzins s’élève depuis les dizaines de minarets de la ville : c’est un instant magique !