Rapide Biographie 

Oscar-Claude Monet naquit à Paris le 14 Novembre 1840 et décéda à Giverny en 1926. 

Son enfance et son adolescence  sont liées à la ville du Havre où sa famille déménagea vers 1845. Son père y tenait un commerce d’articles coloniaux.

Sa famille n’était pas opposée à ce qu’il devinne peintre, mais ses idées indépendantes, sa critique de la peinture académique et son refus de suivre une bonne Ecole d’Art provoquèrent des disputes répétées au sein de sa famille. Finalement, Monet commença à travailler à Paris à l’Académie Suisse, où il fit la connaissance de Pissarro et Cézanne, avant de devoir effectuer ses obligations militaires.

Son service militaire en Algérie (1860-1861) fut interrompu par une grave typhoïde qui le ramena en France, où il recommença à travailler l’été 1862 avec Boudin et le peintre-paysagiste hollandais Jongkind, au Havre. Il dira à propos de Jongkind : »…complètant par là l’enseignement que j’avais reçu de Boudin ,il fut à partir de ce moment mon vrai maître, et c’est à lui que je dois l’éducation définitive de mon oeil« .

 

L’évolution sociale, économique et culturelle du XIXième siècle avait eu pour conséquence que les oeuvres d’art allaient être créées désormais pour l’essentiel par des artistes indépendants (et non plus au service de quelque prince ou corporation).

Pour ces artistes, trouver des possibilités d’exposition constituait une préoccupation existentielle. Les marchands d’art et leurs galeries allaient certes prendre une importance croissante, mais, en France, la possibilité d’exposition la plus importante et incontournable était « Le Salon de Paris ».

L’histoire de l’impressionnisme est indissociable de celle du Salon de Paris.

En 1870, Monet épousa son modèle Camille Doncieux, qui lui avait donné son fils Jean (1867-1914); en 1878 leur deuxième fils, Michel, naquit. Camille posa pour de nombreuses toiles de Monet e.g. Les promeneurs, Femmes au jardin (Camille pose pour les 4), La femme à l’ombrelle, La japonaise , et beaucoup d’autres.

Pendant la guerre Franco-Prussienne de 1870-71 et la courte guerre civile qui suivit (la Commune) , Monet vécut à Londres et fut présenté à Paul Durand-Ruel, un important marchand d’art, qui devait contribuer beaucoup à diffuser les oeuvres impressionnistes.

En 1874, dans une atmosphère de plus en plus hostile de la part des milieux officiels, Monet et ses amis formèrent un groupe et exposèrent dans leur propre salon pour la première fois. Une de ses oeuvres, « Impression, soleil levant » donna son nom au mouvement impressionniste

A l’origine, le groupe des impressionnistes est ce petit groupe de jeunes peintres, tous âgés de trente à quarante ans, partageant une nouvelle conception de la nature et de l’art. L’acte de peindre et l’oeuvre d’art qui en résulte y sont revendiqués comme un plaisir, celui du peintre et de sa création personnelle.

Dans cette nouvelle conception de l’art pour l’art, la vérité du tableau est relative parce qu’elle dépend du sujet qui le peint et du spectateur qui le regarde, et qu’il n’est pertinent qu’à un moment et sous des conditions données, ce qui souligne l’importance d’une exécution rapide, proche de l’esquisse. Au service de celle-ci la recherche des impressionnistes sur la lumière et les couleurs leur font découvrir de nouveaux procédés picturaux où la juxtaposition sur la toile des taches de couleur pure ne se fondront en un « mélange optique » que dans l’oeil du spectateur.

Monet est reconnu comme étant l’un des créateurs de l’impressionnisme, le plus convaincu et le plus constant des peintres impressionnistes, en même temps que le chef de file du mouvement impressionniste.

La fin de sa vie est marquée par le décès d’Alice  sa seconde épouse et par une maladie, la cataracte, qui affecte son travail. Il s’éteint à 86 ans.

LE GRAND CANAL
signé Claude Monet et daté 1908 (en bas à droite) 
huile sur toile
Monet avait toujours dit à son épouse que Venise était «trop belle pour être peinte». Malgré le fait qu’au début il était réticent à visiter cette ville, probablement à cause de la popularité de ce sujet dans les œuvres de  J. M. W. Turner, James McNeill Whistler ou Pierre-Auguste Renoir… Il accepta l’invitation d’une amie américaine de rester dans son palais loué sur le Grand Canal en 1908, et se mit au travail . Contrairement à de nombreux peintres vénitiens, Monet s’est montré moins intéressé par la représentation de monuments célèbres que par la capture de jeux de lumière et de réflexions sur les voies navigables de la ville.
Le grand canal est une peinture exceptionnellement rare et magnifique peinte en 1908. On peut y voir  l’importance des conditions de lumière ineffables de la ville , surtout sur  les dômes de Santa Maria della Salute avec un éclat nacré. Cette vue du Grand Canal est sans doute la plus emblématique de toutes les peintures vénitiennes. Monet a exécuté six toiles montrant des variations sur le thème de Santa Maria della Salute vues depuis les marches du palais Barbaro . Joachim Pissarro décrit ce groupe d’œuvres comme «l’une des séries les plus systématiques de Monet. Les six toiles ont presque exactement les mêmes dimensions; la disposition du motif est pratiquement identique en tout, et chacune des toiles a été peinte à la même heure de la journée, probablement dans l’après-midi. Le fait que Monet ait choisi de représenter les changements de marée qui couvrent et découvrent les marches du Palazzo Barbaro n’est pas un hasard: Monet souligne délibérément que nous sommes sur la mer («son élément»), pas sur de l’eau douce.Le brouillard est un des effet typiquement vénitiens qui anime ces vues de Santa Maria della Salute: la brume filtrante accentue les couleurs du prisme, les mettant presque en feu. C’est plutôt «l’air», ou ce qu’il appelle «l’enveloppe» – les conditions atmosphériques ambiantes, la fameuse brume vénitienne – qui est devenu le principal facteur de variation de ces motifs ». 
L’huile sur toile  a été vendue mardi aux enchères par Sotheby’s pour 31,25 millions d’euros.

You May Also Like